Automesure tensionnelle

 "La tension"...

C'est souvent la première chose que l'on attend du médecin, combien d'articles sur la médecine ne sont ils pas illustrés par la photo d'un médecin prenant la tension!

Lorsque les patients s'allongent sur la table d'examen, combien nous tendent leur bras alors que nous ne leur avons encore rien demandé?!

Et pourtant!!!

C'est souvent chez le médecin que la prise de tension reflète le moins la réelle tension artérielle du patient.

D'ailleurs, la tension, qu'est-ce que c'est ?

Un petit enfant qui accompagnait son papa m'a posé cette question. Et j'ai essayé de lui répondre le plus clairement possible. Et j'ai bien vu que le papa tendait l'oreille!

Après tout, cette sacro-sainte tension dont tout le monde parle, ce fameux 12/8 ou 13/8 dont tout le monde rêve (je blague!..), je ne suis pas certaine que tout le monde sache ce qu'elle représente. 

Alors je vais redire ce que j'ai dit au petit garçon, ceux qui savent déjà peuvent passer à autre chose, vous n'êtes pas obligés de lire:-))

Donc, si on veut, la tension, c'est la force, (la pression) qu'exerce le sang qui passe dans les artères  (les tuyaux qui partent du cœur et vont apporter l'oxygène dans toutes les cellules de l'organisme), sur ces artères. 

Pourquoi y a t il deux chiffres? ben oui, 13/8, ça n'est pas 13,8, c'est 13, puis 8! On peut même avoir 13,8/8,8!!!

Le premier chiffre, c'est la pression dans l'artère au moment où le cœur se contracte, envoie le sang. Quand on dit 13, c'est 13 cm de mercure, quand on dit 130, on compte en millimètres  de mercure. Les deux se disent.

Le deuxième chiffre, c'est la pression lorsque le cœur se relâche. 

Quand le médecin ou l'infirmière prend la tension, il commence à gonfler le brassard en auscultant l'artère du bras. Il gonfle d'abord assez fort pour empêcher le sang de circuler,  et puis il laisse se dégonfler tout doucement le brassard jusqu'à ce qu'il commence à entendre le sang qui passe, au rythme du cœur: c'est le premier chiffre, le fameux 12 ou 13 souhaité qu'indique l'aiguille sur le cadran. Ensuite il continue à écouter le cœur battre tout en laissant le brassard se dégonfler, jusqu'à ce qu'il n'entende plus de bruit: c'est le deuxième chiffre, le 7 ou le 8 qui nous rassure aussi.

Quand vous venez au cabinet, vous êtes plus ou moins détendu. Certains ont très peur d'avoir un gros problème, leur cœur se met à battre à toute vitesse et ils s'en rendent compte, leur tension monte aussi, ils le sentent bien. D'autres sont très énervés parce qu'il y a du retard et qu'ils n'ont pas que ça à faire. D'autres sont sereins, impassibles, et d'autres encore se croient impassibles mais ne le sont pas... Et puis certains ont oublié pile ce matin de prendre leur traitement, et même n'ont plus de médicaments depuis deux ou trois jours...

Ces tensions là n'ont pas beaucoup d'intérêt. Notre corps est parfaitement capables de les encaisser ponctuellement. Il en a vu d'autres. (Sauf si le monsieur énervé a une tension qui monte à 25 ou 30, son organisme peut parfaitement encaisser quelques coups de chaud)

Parfois aussi, le médicament n'est pas assez puissant et la tension remonte à la fin de la nuit, elle ne redescendra qu'après la prise du médicament... Ça n'est pas très bon pour la santé. Et cela, le médecin ne peut pas le voir en prenant la tension à midi ou 17 heures.

L'AUTOMESURE

En fait, l'idéal, c'est de prendre sa tension à la maison, bien détendu, le matin avant de prendre les médicaments (pour ceux qui en ont) , et le soir, bien tranquille dans son canapé. On fait trois mesures de suite. Pour avoir une moyenne, et puis on fait ça trois jours, pour les mêmes raisons. Parce que le pain du petit déjeuner peut brûler, une mauvaise nouvelle nous perturber, la nuit s'être mal passée, la tension peut varier...

Du coup, au cabinet, nous avons acheté des appareils de mesure de tension automatiques que nous prêtons aux patients dont la tension ne semble pas normale. Nous demandons à Emmanuella de vous appeler lorsque votre tour arrive sur la liste d'attente. Elle sait très bien expliquer comment faire. Elle sait aussi appeler les patients plus fragiles plus vite que les autres. Lorsque vous rapportez l'appareil, elle vous demandera de prendre un rendez-vous pour refaire le point. Votre traitement pourra être changé ou non. Mais une explication, même brève, sera toujours nécessaire. 

Et finalement, nous voyons bien que pour vraiment savoir si notre traitement contre l'hypertension est efficace, la prise de tension au cabinet est insuffisante. L'idéal pour les patients traités serait de faire une auto mesure au moins tous les trois mois avant de venir consulter. Et pour cela, il vaut mieux avoir soi même un appareil à la maison. Ça n'est plus gérable au cabinet, vu le nombre d'hypertendus...

Dans ce cas, il vous suffit d'acheter à la pharmacie, ou dans un magasin de matériel médical, ou encore en ligne (on peut se regrouper), un appareil correct (vérifiez qu'il est agréé par la société française de cardiologie), et correspondant à votre tour de bras. Puis de remplir le relevé de mesures de la tension (par exemple http://wikisfmg.org/images/f/f8/Automesure.pdf)

Après, vous avez peut être envie de savoir pourquoi votre tension vous joue des tours, pourquoi manger trop salé la fait monter, pourquoi on fait des malaises quand elle baisse d'un coup...  C'est passionnant, non?

Créé par Pascal Lamy